Print Friendly
FavoriteLoading

Publié le 27 septembre 2016


Restauration de la continuité écologique : la Commune de Massiac exemplaire

 

La truite adulte, vivant dans l’Alagnon remonte les petits affluents comme l’Alagnonnette par exemple afin de s’y reproduire. La présence des seuils et autres ouvrages (barrages, pillières…) empêche la migration de ces espèces et limite le potentiel de reproduction en rendant inaccessible certains cours d’eau ou portion de cours d’eau.

 

La réglementation définit des cours d’eau où  les propriétaires d’ouvrages (barrages, pilières, …) sont tenus de les rendre franchissables, soit en les supprimant soit en les aménageant (« passe à poissons »). L’Alagnonnette appartient à cette liste de cours d’eau. C’est pourquoi en 2012, une passe à poissons a été créée sur le seuil situé au niveau de la voie ferrée.

 

L’efficacité des travaux réalisés est suivie par la Fédération Départementale des Associations Agréés de Pêche et Protection des Milieux Aquatiques du Cantal qui effectue des comptages de frayères (nids de poissons) et des pêches électriques pour compter les poissons. Ainsi les résultats ont montré le bon fonctionnement de la passe à poissons avec une augmentation conséquente du nombre de frayères à truite (zones de reproduction) et de la population piscicole.

 

 

 

Il restait 2 seuils à traiter sur  Massiac. L’un des deux appartenait à la commune de Massiac. Ce seuil n’ayant plus d’usage, celle-ci a fait le choix de le supprimer, meilleure solution technique pour retrouver un ruisseau complètement libre. Ce travail a été réalisé par l’équipe municipale sur les conseils de Clément Billard, technicien rivière au Syndicat de Gestion de l’Alagnon (SIGAL).

Il ne reste donc qu’un obstacle à traiter pour que les truites de l’Alagnon puissent facilement coloniser neuf kilomètres de cette petite rivière.