Print Friendly
FavoriteLoading

Découverte du bassin-versant

1. Contexte géographique
La situation générale du bassin-versant
Les unités paysagères

 

2. Contexte socio-économique
L'occupation des sols
La démographie
Les activités économiques

 

 

 

Pour aller plus loin dans la découverte du bassin-versant, vous pouvez télécharger les documents ci-dessous dans la boîte à outils, sur la partie droite de votre écran.

 

Vous pouvez également vous rendre sur Eau France, le portail de l'eau : www.eaufrance.fr/

Ce site Internet contient les informations publiques sur le domaine de l'eau : des informations générales sur la ressource en eau, les milieux aquatiques et leurs usages, les acteurs de l’eau, les risques et la politique publique de l’eau ; des liens vers des sites web diffusant des données d’observation et d’évaluation, ou consacrés à l’action (planification, gestion de l’eau et de l’assainissement, la réglementation, etc.) et à la participation (le droit à l’information, la concertation, la formation, les métiers, etc.).

 

 

Pour plus d'informations sur les associations, collectivités et établissements publiques ayant des activités sur le bassin-versant de l'Alagnon, rendez-vous sur la page Liens.

 

 

photos avec humains

 

 

 

 

1. Contexte géographique

 

  •  La situation générale du bassin-versant

localisation du BV de l'Alagnon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le bassin-versant de l’Alagnon correspond au territoire, délimité par les lignes de crêtes, dans lequel les eaux tombées alimentent l’Alagnon. Il est lui-même une composante du bassin-versant de l’Allier et de celui de la Loire.

 

Situé au cœur de l’Auvergne, le bassin versant de l’Alagnon s’étale sur trois départements : le Cantal pour sa majeure partie (71%), la Haute-Loire (16%) et le Puy-de-Dôme (13%).

 

 

 

 

 

 

 

Premier grand affluent rive gauche de l’Allier, l’Alagnon prend sa source à 1 686 m d’altitude au Puy de Bataillouse dans le Massif du Lioran dans le Cantal. Après un parcours d’environ 86 km orienté sud-ouest/nord-est, il rejoint l’Allier au Saut du Loup à 386 m d’altitude dans le Puy-de-Dôme.

Les principales villes du territoire que sont Murat (15), Allanche (15), Massiac (15) et Lempdes-sur-Allagnon (43) se sont développées à proximité directe de l’Alagnon ou de l’Allanche, son affluent principal.

 

bassin-versant de l'Alagnon

 

 

 

 

 

  • Les unités paysagères

 

Le relief du bassin de l’Alagnon est particulièrement contrasté avec plus de 1 400 m de dénivelé. Il se compose d'un assemblage de cinq unités géomorphologiques distinctes :

 

 

 

 

Le Massif du Cantal (au sud-ouest) :

 

photo manquanteLes Monts du Cantal constituent les vestiges du plus grand strato-volcan visible d’Europe dont la mise en place a débuté il y a environ 13 millions d'années et dont les dernières éruptions sont datées d'environ 2 millions d'années.

Ce volcan a été largement démantelé par des phénomènes d'effondrement et érodé par les glaciers et l'eau. La roche basaltique très résistante à l’érosion a conduit à la création d’un relief accentué aux pentes abruptes, crêtes vives et gorges profondes. Aujourd’hui, le Plomb du Cantal culmine à 1 855 m d’altitude et matérialise la ligne de crête du bassin de l’Alagnon.

 

Les paysages des hautes estives, marqués par des conditions naturelles, notamment climatiques, très difficiles, se caractérisent par la quasi-absence de toute végétation arborée. Les forêts se concentrant au niveau des vallées de l’Alagnon et du Lagnon.

 

 

 

 

 

Le plateau du Cézallier (au nord-ouest) :

 

photo manquanteLe Massif du Cézallier est un plateau volcanique issu d’un volcan apparu il y a 8 millions d’années et éteint il y a 3 millions d’années. Culminant à 1 551 m d’altitude, le Signal du Luguet (Commune de Anzat-le-Luguet) en est un des principaux vestiges et matérialise la ligne de crête du bassin de l’Alagnon.

 

Contrairement aux Monts du Cantal, le haut Cézallier présente essentiellement des reliefs doux et arrondis (dômes et plateaux) marqués par la forte présence d'eau. Ce relief ondulé recouvert de prairies confère aux paysages une impression de vastitude et un aspect de « désert vert ». Les reliefs les plus marqués ne sont donc paradoxalement pas les hauts sommets mais les vallées de la périphérie, où l’érosion a formé de profondes gorges telles que la vallée de la Sianne.

 

 

 

 

 

 

 

La Margeride (au sud-est) :

 

photo manquanteLa Margeride est un vaste ensemble montagneux dont seule l’extrémité nord-ouest concerne le bassin de l’Alagnon (Plateau de Montchamp).

 

L’action de l’eau a progressivement érodé cette extrémité du plateau où l’altitude moyenne est d’environ 1 000 m. Situées au fond de combes, les rivières sont souvent masquées par la végétation.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Pays coupés (au centre-est) :

 

photo manquanteLes Pays Coupés établissent la transition entre la Limagne de Brioude et les massifs du Cantal, du Cézallier et de la Margeride.

 

Le relief est constitué d’une alternance de plateaux basaltiques étroits entrecoupés de profondes vallées. La diversité paysagère des pays coupés relève d’une juxtaposition entre les paysages fermés et confinés des vallées boisées et ceux des plateaux agricoles, beaucoup plus ouverts. Ces paysages ont considérablement changé depuis plusieurs décennies, conséquence de l'abandont des cultures en terrasses qui occupaient les versants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Limagne de Brioude (à l'extrémité nord-est) :

 

photo manquanteLa Limagne de Brioude correspond à la plaine sédimentaire qui accompagne le cours de l’Allier. Sur la partie basse de l’Alagnon, la plaine alluviale se confond avec la Limagne de Brioude au paysage très ouvert.

 

Les terrasses alluviales, sur lesquels l'Alagnon a déposé ses alluvions, sont largement mises en culture (céréales). La présence d’une végétation arborée reste très anecdotique et se restreint principalement à la forêt alluviale de l’Alagnon où la rivière exprime sa dynamique. Les villages se sont édifiés en dehors des zones inondables sur les terrasses alluviales. 

 

 

 

 

 

 

 

Les unités paysagères

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin dans la découverte du contexte géographique du bassin-versant, vous pouvez télécharger les documents ci-dessous dans la boîte à outils sur la partie droite de votre écran.

 

 

 

 

2. Contexte socio-économique

 

  • L'occupation des sols

 

L’occupation du sol du bassin de l’Alagnon est principalement dominée par des territoires agricoles (49,7%) et des milieux forestiers ou semi-naturels (48,9%). Les surfaces urbanisées occupant seulement 1% de la surface du bassin.

 

 

Les territoires agricoles

Les surfaces agricoles représentent 50% de la superficie du bassin et sont majoritairement représentées par les prairies et les petits parcellaires culturaux associés aux prairies et forêts.

Les grandes surfaces culturales céréalières sont minoritaires et localisées exclusivement dans la Limagne et des collines brivadoises.

 

 

Les forêts et milieux semi-naturels

La répartition des boisements est hétérogène. Sur les plateaux et dans les fonds de vallées, les systèmes agropastoraux sont dominants laissant peu de place aux arbres. En revanche les vallées inaccessibles compte tenu de la rudesse des versants sont fortement boisés.

Sur sa partie aval, une forêt alluviale se développe sur les secteurs dynamiques de l’Alagnon.

 

 

Les zones humides

Le territoire regorge de tourbières, marais et prairies humides. Leur répartition est hétérogène et se concentre sur les hauts plateaux et les régions montagneuses de tête de bassin.

occupation du sol

 

 

 

 

  • La démographie

Le bassin versant de l’Alagnon compte environ 18 600 habitants répartis sur 86 communes. La densité de population est faible sur ce bassin avec 18 habitants par km² et inégalement répartie. La population saisonnière contribue à augmenter cette population en période estivale et hivernale.

 

 

 

 

  • Les activités économiques

Le bassin de l’Alagnon est un territoire aux activités mixtes. Le secteur tertiaire (Commerce, transports, services, administration publique, enseignement, santé et action sociale) représente environ 60 % des emplois sur le territoire. Les secteurs primaire et secondaire sont majoritairement représentés par l’agriculture et l’industrie agro-alimentaire.

 

 

 

 

Pour aller plus loin dans la découverte du contexte socio-économique du bassin-versant, vous pouvez télécharger le diagnostic socio-économique du bassin-versant de l'Alagnon dans la boîte à outils sur la partie droite de votre écran.