Print Friendly
FavoriteLoading

Publié le 27 juillet 2017


Un nouveau chantier de restauration de la continuité écologique s’achève sur le ruisseau du Bave.

 

Les élus des communes de Leyvaux et Anzat le Luguet sont concernés par la règlementation L214-17 du code de l'environnement (continuité écologique) pour un ouvrage non conforme situé en limite communale. Ils  ont alors décidé de s’appuyer sur le SIGAL pour se mettre en conformité.

 

Cet ouvrage servait à maintenir le profil en long du cours d'eau au niveau d’un franchissement de véhicules de la rivière Bave.

 

 

 

Historique

 

Détourné de son lit initial il y a longtemps (date inconnue de « mémoire d'homme »), le Bave a décidé de reprendre sa dynamique naturelle. Ainsi le cours d'eau a commencé à reprendre ses droits et s'est fortement incisé, générant ainsi une rupture de la continuité écologique.

L'incision a également générée une chute d'arbres dans le nouveau lit qui ont créés de nombreux embâcles perturbant également la circulation piscicole.

 

 

 

 

Projet

 

 

Après plusieurs visites sur site avec les services de l'état pour déterminer la marche à suivre en phase travaux, il a été convenu d'effectuer une intervention en deux temps.

 

En effet, la localisation des travaux et les enjeux permettent de laisser la nature retravailler par elle-même plutôt qu'effectuer une intervention plus lourde en une seule étape.

 

 

 

 

 

 

 

 

Après avoir chiffré et présenté le projet aux conseils municipaux des communes concernées, Clément BILLARD, le technicien rivières du SIGAL, a monté les dossiers de demande de subventions, règlementaires et de consultation des entreprises.

 

 

 

 

 

 

 

Travaux

 

 

 

 

Ils ont été réalisés courant Juillet et viennent de s'achever.

Tout d'abord une pêche électrique de sauvetage a été réalisée par la Fédération Des Associations Autorisées de Pêche et de Protection des Milieux Aquatiques du Puy de Dôme pour déplacer les poissons (truites Fario) hors zone de travaux.

Ensuite le cours d'eau a été nettoyé à l'aval du seuil : extraction des arbres tombés dans le cours d'eau, déplacement des souches dans les anses d'érosion.

 

 

 

 

 

 

 

Puis, un batardeau a été mis en place pour détourner l'eau le temps de reprofiler le cours d'eau. Cette dernière phase de travaux ayant pour but de supprimer toutes les chutes empêchant le poisson de remonter le cours d'eau.

 

 

Enfin, pour conserver le franchissement à gué du cours d'eau par les engins motorisés, une passerelle de franchissement a été mise en place.

 

Suite à cette première phase de travaux, il est convenu d'attendre que le cours d'eau travaille de lui-même au fil des crues. Si nécessaire, suite à cette période d'attente, l'entreprise reviendra pour rétablir la continuité écologique de manière pérenne.

Le SIGAL effectuera donc un suivi visuel et au besoin, réalisera des profils du cours d'eau pour déterminer la marche à suivre le cas échéant.

 

Ce chantier d'arasement est le premier d'une longue liste pour cette année 2017. En effet, dès Septembre, 10 seuils seront traités sur la rivière Sianne (Auriac l'Eglise et Molèdes), 1 sur l'Allanche et 1 sur l'Alagnonnette à Massiac. L'arasement de ce dernier ouvrage permettra la réouverture complète de l'Alagnonnette sur près de 10 km au total depuis la confluence.