Print Friendly
FavoriteLoading

Publié le 29 septembre 2015


Torsiac : après l’Auze, le Bave voit sa continuité écologique restaurée !

 

Le Bave est un ruisseau qui naît dans le Cézallier et plus précisément au niveau du Signal du Luguet, dans le département du Puy de Dôme avant de rejoindre l’Alagnon. Ce cours d’eau d’une longueur de 22km est très peu impacté par l’activité humaine puisqu’il ne traverse qu’un lieu-dit, sur la commune de Blesle. Mais sa continuité écologique est fortement impactée par la présence de nombreux obstacles, naturels ou non qui empêchent le poisson de remonter.

 

 

Or dans un cours d’eau, les poissons ont besoin de se déplacer pour effectuer l’intégralité de leur cycle de vie. La présence de barrage, seuils, pilières freinent ou empêchent cette circulation piscicole diminuant ainsi fortement le développement des populations piscicoles.

 

Chaque année en octobre, de très nombreuses truites adultes quittent l’Alagnon et tentent de remonter le Bave pour se reproduire. Quelques mois après, les alevins se développent et une partie d’entre eux redescendent sur la rivière mère, participant ainsi à améliorer les populations de truite si appréciées des pêcheurs qui viennent parfois de loin pour pêcher l’Alagnon.

 

 

Malheureusement, la présence d’un passage à gué busé empêchait toute remontée du poisson dès les premiers mètres du cours d’eau. 

 

 

Depuis juillet 2012, la réglementation impose aux propriétaires de rétablir la continuité écologique sur leurs ouvrages. La commune de Torsiac, déjà très sensible à cet enjeu puisqu’elle avait réalisée pareille opération sur la rivière Auze, s’est à nouveau rapprochée du Syndicat Interdépartemental de Gestion de l’Alagnon (SIGAL).

 

Celui-ci a élaboré les dossiers techniques, réglementaires et financiers qui permettent de remplacer ce gué busé par un pont laissant le fond du cours d’eau libre et donc permettent aux poissons de circuler. L’argumentation développée a permis de convaincre les partenaires financiers qui apportent 85% de financement (Agence de l’Eau, Conseil général, Fédération et association de pêche) sur un coût total de près de 63.000 euros.

 

 

Les travaux ont débuté à la mi-juin et ont été terminés fin juillet à l’exception de quelques finitions qui seront réalisées début octobre.

 

Un suivi de la reproduction des truites est prévu pour juger de l’efficacité de l’action. Maintenir les usages sans perturber le fonctionnement du cours d’eau tout ceci pour une participation maitrisée de la commune, ce projet rassemble tous les acteurs locaux. Pour André Halfon, Maire de Torsiac et délégué au SIGAL "les enjeux de qualité écologique de nos cours d'eau ne sont pas incompatibles avec les usages.

 

Cela demande juste de réels efforts de pédagogie auprès des élus locaux et des citoyens… et bien sur la volonté de faire émerger des projets pas toujours faciles à monter mais tellement intéressants".

 

 

D’autres projets appartenant à des propriétaires privés pourraient avoir lieu dans les années à venir puisqu’il existe d’autres ouvrages qui devront être mis aux normes sur ce cours d’eau afin d’augmenter encore les potentialités de reproduction piscicoles.