Print Friendly
FavoriteLoading

Nouveaux travaux de restauration et d’aménagement des berges de l’Alagnonette sur la commune de Saint Poncy


Publié le 29 octobre 2014



Afin de poursuivre la dynamique lancée depuis quelques années sur l’ensemble du territoire du Syndicat Interdépartemental de Gestion de l’Alagnon et de ses affluents (SIGAL), la Communauté de Communes du Pays de Massiac a engagé de nouveaux travaux de restauration et d’aménagement des berges pour l’année 2014. Ces travaux sont réalisés sur l’Alagnonnette, affluent rive droite de l’Alagnon, plus précisément sur la commune de Saint-Poncy. Ils poursuivent les objectifs d’améliorer l’état sanitaire du boisement des berges (ripisylve), éliminer les déchets et encombres problématiques, maitriser l’accès au cours d’eau pour les animaux au travers la mise en place de systèmes d’abreuvement et/ou de franchissement.

 

Ces opérations sont toutes réalisées avec l’accord des propriétaires et exploitants. Aucune participation ne leur est demandée puisque le coût est intégralement pris en charge par la Communauté de Communes avec le soutien financier de l’Agence de l’Eau Loire Bretagne, du Conseil Général du Cantal, du Conseil Régional d’Auvergne et de la Fédération Départementale des Associations Agréées de Pêche et de Protection du Milieu Aquatique du Cantal.

 

 

 

     Les élus se sont rendus sur le chantier pour voir les travaux.

Ici, Messieurs Lascaux Michel (Vice-Président de la Communauté de Communes du Pays  

de Massiac) et Vernet Roland (1er adjoint de St Poncy, élu au SIGAL et à la Cc du Pays de Massiac) sur un passage à gué.

 

 

Globalement, les travaux de restauration du boisement de berge sont bien accueillis par les personnes concernées. Par contre, les travaux de mise en défens des berges recueillent des avis partagés chez les exploitants. Pour certains ce sont des choses très importantes et utiles, pour d’autres des choses qui risquent d’apporter plus d’inconvénients que de solutions.

 

 

Pour M.Boyer, exploitant de Saint-Poncy : “ Nous sommes bien conscients que laisser nos troupeaux divaguer dans le cours d’eau génère des problèmes d’érosion au niveau des berges et surtout contribue à polluer l’eau que nos animaux boivent. Il serait dommage de ne pas profiter des opportunités offertes par la Communauté de Communes, surtout avec une prise en charge à 100% ”.

 

M.Aldebert, également exploitant sur le secteur, ajoute  ‘’ Restaurer le cours d’eau, nous y avions pensé il y a quelques années, cependant, au vu de l’état dans lequel il se trouvait, il y avait une grande quantité de travail à faire et nous n’avions pas forcément de temps à consacrer à cela. L’opportunité offerte par la Communauté de Communes et le SIGAL nous a permis de faire réaliser ces travaux par une entreprise compétente et efficace. Ainsi, nous n’aurons plus qu’un entretien régulier et léger à effectuer. La réalisation des aménagements et une chose nouvelle pour nous, mais c’est une  réelle plus-value pour les parcelles et les troupeaux ’’.

 

Monsieur Hamon, gérant de l’entreprise spécialisée Lucane (19) qui réalise les travaux  ‘’Les exploitants acceptent parfois les travaux de restauration et de mise en défens juste parce que c'est gratuit et sans vraiment comprendre les enjeux de préservation du cours d'eau. Alors qu’ici, j'ai discuté avec des éleveurs sensibles et intéressés par cette problématique ce qui est une garantie pour l'entretien, la pérennité des aménagements et assure une continuité à notre travail de restauration de la fonctionnalité de la rivière ‘’  .

 

 

Ce type de chantier est une réelle plus-value à tout niveau, en effet, les exploitants sont satisfaits des travaux réalisés, l’entreprise travaille dans de bonnes conditions et le maître d’ouvrage peut s’appuyer sur ce type de chantier pour valoriser ces travaux pour les futures programmations.

 

Clément Billard, le technicien de rivière du SIGAL qui met en place ces projets avec les exploitants ajoute ‘’ De nombreux exploitants nous disent qu’ils observent moins de truites dans ces petits cours d’eau. L’accès non limité au lit du cours d’eau est indéniablement une des causes de raréfaction du poisson. La faible taille de l’Alagnonnette la rend sensible au piétinement de troupeaux parfois importants. Outre la pollution générée, les habitats permettant la reproduction de cette espèce emblématique sont totalement détruits par les animaux. Nous nous félicitons que sur ce secteur les exploitants en aient conscience et que nous puissions travailler dans de très bonnes conditions avec eux. Je souhaite que leur satisfaction puisse influencer certains secteurs ou les gens sont plus réticents’’.