Print Friendly
FavoriteLoading

Publié le 22 mai 2014


Nette reconquête écologique de l’Alagnonnette

 

Mardi 13 mai, la Fédération de pêche du Cantal et l’AAPPMA[1] de Massiac réalisaient une pêche électrique sur l’Alagnonnette, petit affluent de l’Alagnon, dans Massiac au niveau du « foirail ».

L’objectif est de suivre l’évolution des populations piscicoles suite aux différents programmes d’action développés dans le cadre du Contrat Territorial Alagnon porté par le Syndicat Interdépartemental de Gestion de l’Alagnon (SIGAL).

 

 

Un programme complet de restauration du cours d’eau

 

 

En 2012, le SIGAL a porté pour Réseau Ferré de France (RFF) la création d’une passe à poissons sur le barrage de l’Alagnonnette placé à quelques dizaines de mètres de la confluence avec l’Alagnon. Ce déversoir de deux mètres, construit au milieu du 19ème siècle, condamnait toute possibilité pour un poisson de remonter de l’Alagnon vers l’Alagnonnette. C’est ainsi qu’à l’automne, les truites ne pouvaient venir se reproduire sur ce petit cours d’eau… et au final il était devenu difficile aux populations piscicoles de se développer.

 

En parallèle, sur proposition et assistance du SIGAL, la Communauté de Communes du Pays de Massiac a pris en charge en 2013 la restauration du lit du cours d’eau dans la traversée de Massiac. La mise en place de blocs et épis pour diversifier l’écoulement et réduire la largeur l’été, la plantation d’une végétation apportant des abris en berges et améliorant la qualité paysagère ont été les principales actions.

 

On notera en parallèle un important travail en cours avec les communes du bassin de ce petit cours d’eau (Saint-Poncy, La Chapelle-Laurent, Massiac, …) sur l’assainissement collectif qui amènera à moyen terme une amélioration de la qualité des eaux.

 

 

Des résultats spectaculaires  et encourageants

 

 

En 2010, l’état des lieux avant aménagements présentait un total de 4 truites. La pêche 2014 en dénombre 320 dont 307 alevins !

 

 

 

Pour Agnès Tronche, responsable technique à la Fédération de pêche : « Depuis ces dix dernières années et sur environ 240 pêches, nous n’avons que peu d’inventaires nous ayant donné de tels résultats en terme de densité de truitelles et donc de capacité de reproduction. Ces résultats sont donc très satisfaisants et nous confortent dans l’idée de continuer à appuyer techniquement et financièrement ces programmes ».

 

 

 

 

Au final, il s’agit d’une réelle amélioration de la qualité écologique de l’Alagnonnette mais aussi de l’Alagnon puisque de nombreux alevins de truites vont désormais redescendre le courant pour augmenter le stock de truitelles de la rivière d’où sont remontés leurs géniteurs. Les nombreux observateurs présents, et parmi eux les pêcheurs, sont repartis avec de nouveaux arguments pour poursuivre les efforts de restauration sur les cours d’eau du territoire.

 

 

 

 


[1] Association Agréée de Pêche et de Protection des Milieux Aquatiques