Print Friendly
FavoriteLoading

Publié le 28 septembre 2015


Le SIGAL s’engage dans un projet agroenvironnemental et climatique (PAEC)

 

Le conseil syndical du Syndicat Interdépartemental de Gestion de l’Alagnon (SIGAL) s’est réuni le 22 septembre. A l’ordre du jour, la définition du niveau d’engagement dans une politique agroenvironnementale.

 

 

Pour un agriculteur, l’accès aux financements de mesures agroenvironnementales (MAEC) ne peut désormais passer que par l’inscription dans un programme global sélectionné suite à un appel à projets piloté par la Région Auvergne.

 

Devant les enjeux environnementaux mais aussi économiques que cela représente, le SIGAL a réuni un large comité de pilotage (collectivités, chambres d’agriculture, associations, Etat, …) et a monté un pré-projet de candidature.

 

Celui-ci a été adopté à l’unanimité par le conseil syndical. Après une phase d’échanges avec les partenaires financiers, le dossier définitif sera remis en novembre et s’il est retenu, les agriculteurs concernés pourront contractualiser en 2015 et 2016 pour bénéficier de financements annuels pendant une durée de cinq ans.  

 

 

Toute la difficulté réside dans les priorisations thématiques et géographiques imposées et le calage de mesures les plus réalistes possibles.

 

Ajustements de la pression de fertilisation ou de chargements, gestion des zones humides, soutien aux estives collectives, etc… une douzaine de mesures uniquement basées sur le volontariat permettent de mobiliser plus de trois millions d’euros sur cinq ans pour les exploitants agricoles éligibles. 

 

 

 

 

Le SIGAL se donne par ailleurs les moyens de piloter cette politique puisqu’au 1er janvier un animateur agricole spécialisé sera embauché pour deux ans (cf. l'offre d'emploi sur le site du SIGAL).

 

Pour Michel DESTANNES, Président du SIGAL « Nous n’avons pas le droit de laisser passer une occasion de mobiliser des moyens financiers pour une activité centrale de notre territoire. En ce sens nous avons le soutien des chambres d’agriculture des trois départements et de nombreuses collectivités.

 

Bien sûr la procédure n’est pas simple mais les retombées économiques locales peuvent être très importantes, et ces nouveaux outils peuvent compléter ceux que proposent aujourd’hui le SIGAL ».

 

 

Contact au SIGAL : Ponsonnaille.G, directeur.