Print Friendly
FavoriteLoading

Publié le 4 octobre 2019


Les élus du bassin de l’Alagnon rassemblés autour des zones humides

Ce mardi 1er octobre 2019 à Allanche, près d’une trentaine de participants se sont réunis à l’appel du SIGAL pour une journée technique destinée aux élus du bassin de l’Alagnon sur la thématique des zones humides. Cette journée, co-organisée avec le Parc Naturel Régional des Volcans d’Auvergne et le Conservatoire d’Espaces Naturels d’Auvergne, a permis aux élus et techniciens présents d’appréhender les enjeux liés à la préservation de ces milieux.

 

Retrouvez le programme de la journée ici 

 

 

 

 

Michel Destannes, président du SIGAL et maire de Massiac, a introduit cette journée en la remettant dans le contexte des épisodes de sécheresse qui se succèdent depuis quelques années. Il a rappelé également l’engagement de longue date du SIGAL et de ses partenaires pour la préservation et la gestion de ces zones essentielles à une bonne qualité et quantité de l’eau sur le bassin.

 

 

 

 

Parmi les thèmes abordés lors de la matinée (cliquez sur les thèmes pour voir les présentations) :

  • L’état des zones humides sur le bassin de l’Alagnon (Manon JOZROLAND, SIGAL) : présentation de la diversité des milieux et de leur état de préservation. Un bilan assez sombre, avec seulement 10% des zones humides inventoriées classées en bon état, et de nombreuses dégradations constatées au fur et à mesure des années…
  • La préservation des zones humides pour s’adapter au changement climatique (Emilie DUPUY, CEN Auvergne et Nadège GUIMARD, PNRVA) : une zone humide fonctionnelle, c’est un puits de carbone naturel, notamment les tourbières qui sont les championnes toutes catégories confondues et qui peuvent séquestrer 1400 t de CO2 par hectare ! C’est également un moyen de prévenir les inondations en stockant l’eau lors des épisodes de fortes pluies, et de lutte contre la sécheresse, en soutenant le débit des cours d’eau à l’étiage. Leur présence est aussi indispensable pour filtrer les nutriments et assurer une bonne qualité de l’eau, notamment potable ! Dans le contexte de changements climatiques, leur préservation est d’autant plus importante. Il coûte 5 fois moins cher de les préserver que de compenser les services qu’elles nous rendent !
  • Comment intégrer les zones humides dans les documents d’urbanisme (Véronique MERAND, SIGAL et Elizabeth RISPAL, DDT15), en lien avec les outils de gestion de l’eau et de planification : SDAGE, SAGE, SCOT, PLUi et PLU.
  • La politique de financement de l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne sur cette thématique (Manon JOZROLAND, SIGAL, sur la base d'un document préparé par l'Agence de l'Eau)

 

 

 

Ces éléments ont donné lieu à de nombreux échanges entre les participants et les intervenants. Des actions de préservation existent sur le bassin, mais à petite échelle. De véritables actions de restauration permettraient de renverser vraiment la tendance de la dégradation de ces milieux, et de rétablir leurs fonctions. Mais les freins sont nombreux. La question du paiement de services environnementaux a été abordée comme une solution viable pour soutenir les exploitants concernés par ce type de zones sur leurs parcelles et stopper la dégradation des petites zones humides qui ne sont pas protégées par la réglementation.

 

 

 

L’après-midi s’est déroulée sur les captages de Mathonnière au-dessus d’Allanche, en présence de Jérôme Fournal, du GAEC de la Grange du Chavanon, qui a apporté son témoignage sur la place des zones humides sur son exploitation. Sur les 180 hectares que compte l’exploitation, 40 hectares sont des zones humides. Selon Jérôme Fournal, « ça peut être considéré comme une contrainte », mais ces espaces sont pour lui une véritable assurance de fourrage pour les troupeaux (vaches allaitantes notamment). En cette année particulièrement sèche, par exemple, « Ça garde les vaches et je n’ai pas encore donné de foin. »

 

 

 

Emilie du CEN Auvergne a ensuite emmené les participants au cœur de la zone humide proche du périmètre immédiat du captage, pour détailler les aspects végétation et sol de ces milieux définis par la présence d’eau.

 

 

Une découverte pour beaucoup, le renforcement de connaissances pour certains, mais surtout une journée technique qui se finit avant la pluie dans la convivialité ! Une expérience à renouveler pour le SIGAL, sur d’autre thématiques !

 

Pour toute question sur le contenu de cette journée, contactez Manon JOZROLAND au SIGAL alagnon.chm@orange.fr ou 04.71.23.19.84

 

Journée organisée par le SIGAL, en partenariat avec le Parc Naturel Régional des Volcans d’Auvergne et le CEN Auvergne dans le cadre du Contrat Territorial Vert et Bleu et du SAGE Alagnon, avec le soutien financier de l'Union Européenne (FEDER), de l'Agence de l'Eau Loire-Bretagne, de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et du Conseil Départemental du Cantal.