Print Friendly
FavoriteLoading

Publié le 9 septembre 2018


Démarrage des travaux sur le pont busé de Pradiers

 

Sous la maîtrise d’ouvrage de la commune de Pradiers, avec le soutien technique du SIGAL, les travaux du pont sur l’Allanche à Pradiers ont démarré cette semaine.

 

 

 

Ce pont busé en travers du lit de l’Allanche était constitué de 4 buses de plus de 5 mètres de long. Jugé non-conforme vis-à-vis de la continuité écologique en raison de sa hauteur de chute, et de la longueur des buses, cet ouvrage freinait ainsi la partie la plus grossière des sédiments et empêchait la remontée de certaines espèces de poissons. L’entretien des buses était également une contrainte importante pour la commune.

 

Pont busé en mai 2018

 

 

 

Améliorer la continuité écologique, c’est pas seulement pour les poissons !

Un seuil ou un barrage ralentit (ou bloque) les matériaux solides nécessairement transportés par le cours d’eau. Galets, graviers et sédiments manquent à l’aval de l’ouvrage. L’équilibre sédimentaire que toute rivière cherche à atteindre est alors déréglé, et le cours d’eau se recharge en matériaux dès le passage de l’ouvrage, en érodant son lit. Cette érosion peut impacter les fonds de rivière favorables à la reproduction de certaines espèces comme la truite fario ou le saumon, le lit s’enfonce, les berges s’érodent. Sur certains cours d’eau, il n’est pas rare que cette dynamique aboutisse au déchaussement d’un pont ou autres ouvrages.

 

 

L’Allanche étant classée en liste 2 au titre de l’article L.214-17 du code de l’environnement, la commune de Pradiers, propriétaire de l’ouvrage, a choisi de répondre à ses obligations réglementaires. Vu la volonté de l’équipe municipale, le SIGAL a proposé de mettre à disposition de la commune sa maîtrise technique et administrative de ce type de dossier, et a permis d’obtenir le soutien financier de l’Agence de l’Eau Loire Bretagne à 80% et du monde de la pêche (Fédération du Cantal, AAPPMA d’Allanche,…) à 10%.

 

 

Les travaux consistent à remplacer le pont busé par un pont à fond libre pour rendre complètement transparent cet ouvrage sans remettre en cause le franchissement du cours d’eau. L’objectif ? rétablir la continuité écologique sur l’Allanche, c'est-à-dire la libre circulation des poissons, mais également des sédiments (voir encadré).

 

 

Suite à une pêche de sauvegarde réalisée par la Fédération de Pêche du Cantal le lundi 3 septembre, les travaux ont pu débuter immédiatement par la destruction et l’enlèvement des buses de l’ancien pont puis la mise à sec du chantier. Le chantier devrait durer environ un mois.

 

 

Début des travaux – septembre 2018