Print Friendly
FavoriteLoading

Les zones humides

 

 

 

Qu'est ce qu'une zone humide ?

 

 

 

 

 

 

Les zones humides sont des espaces de transition entre la terre et l'eau.

 

Elles sont inondées ou gorgées d’eau de façon permanente ou temporaire.

Elles regroupent des milieux très diversifiés.

 

 

 

 

 

 

 

 

Des intérêts dans la préservation

 

En plus de leur intérêt pour la pratique de certaines activités (chasse, pêche) et leur valeur paysagère et patrimoniale, les zones humides assurent de nombreuses fonctions hydrologiques et écologiques.

 

Grâce à leur capacité à filtrer et à digérer les pollutions, elles assurent des fonctions de préservation de la qualité de l’eau. Véritables éponges, elles jouent un rôle de limitation des inondations et de soutien des débits des cours d’eau en période de sécheresse. Elles abritent par ailleurs de nombreuses espèces animales ou végétales, qui, pour certaines d’entre elles, sont spécifiques de ces milieux.

 

 

 

 

Un cadre réglementaire strict

Le propriétaire et/ou exploitant d'une parcelle régulièrement gorgée d'eau peut être tenté de faire des travaux pour optimiser le profit qu'il en fait (rases, remblai, …). Seulement, un cadre réglementaire protège ses milieux et l'absence de démarche vis à vis de la réglementation peut coûter cher au contrevenant…

 

Par ailleurs, il existe souvent des solutions techniques permettant de tirer un usage satisfaisant de ces parcelles sans engager de lourds travaux difficiles à amortir.

 

 

 

 

 

Une assistance gratuite pour les exploitants

 

 

 

 

 

 

Avec l’aide des techniciens du Conservatoire d’Espaces Naturels d’Auvergne, le SIGAL propose un service gratuit d'assistance à tout propriétaire ou exploitant qui en fait la demande.

 

Conseils techniques, rappels de la réglementation, éventuelles pistes de subventions etc… L’objectif est la bonne gestion de ces milieux sur l’ensemble du bassin-versant.

 

logo CEN Auvergne

 

 

 

 

 

 

 

Des actions de restauration de ces milieux

 

Le contrat territorial prévoit également l’amélioration des connaissances et la sensibilisation des gestionnaires sur deux zones prioritaires (têtes de bassin de l'Arcueil et de l'Alagnonnette et têtes de bassin des Monts du Cantal et du Cézallier). Ce qui amènera à la signature d'une convention de bonne gestion assortie le cas échéant de la mise en oeuvre de travaux sur ces zones.