Print Friendly
FavoriteLoading

La restauration des rivières

 

 

 

 

Quels enjeux ?

 

En 2009 lors de l'élaboration du Contrat Territorial, le SIGAL a réalisé un diagnostic des berges sur environ 200 kilomètres de cours d'eau du bassin versant. Il est apparu que 56% du linéaire prospecté sont en bon ou très bon état, et que 44% sont en état moyen à très mauvais. Cela a permis d'identifier différents secteurs et un ordre de priorité en fonction des problématiques rencontrées.

 

 

L'enjeu principal est d’améliorer la qualité et le fonctionnement écologique du cours d'eau.

Cela se traduit par :

 

  • la restauration du boisement des berges, qui maintient le terrain, régule les débits de crue, limite la pollution de l’eau (en évitant son réchauffement et le transfert direct des éventuels polluants), et est source de nourriture et d’habitat pour la faune.

 

  • limiter les impacts dus au piétinement des berges par les troupeaux sur la qualité de l'eau et les habitats aquatiques : érosion des berges, remise en suspension dans l'eau de particules fines et dégradation de la qualité sanitaire de l'eau par les déjections animales.

 

 

 

 

chantier sur le Lagnon

 

 

 

 

Quels types de travaux ?

 

Sur les secteurs identifiés comme prioritaires (88 km de cours d’eau), la programmation se décline en cinq grands types d’actions :

 

  • Restauration légère classique : coupe sanitaire du boisement de berge afin d'améliorer sa fonctionnalité (maintien des berges, auto-épuration, …), démontage sélectif des encombres, ramassage systématique des déchets, suppression et évacuation de quelques protections de berge inadaptées (poteaux électriques, divers remblais, …), ponctuellement arrachage des foyers de plantes invasives (renouées et balsamines), …

 

  • Revégétalisation : restauration d'un boisement de berge par plantation, ou en complément d'un boisement existant, afin d'assurer le maintien des berges et la restauration de toutes les fonctions de la ripisylve en général.

 

  • Mise en défens : mise en place de clôtures en retrait de la berge, descentes aménagées pour l'abreuvement du bétail et ponctuellement passerelles en bois pour les parcelles à mettre en défens utilisant les deux rives, afin de limiter la dégradation de l'état des berges et de la qualité de l'eau dus au piétinement et au libre accès des animaux au cours d'eau.

 

  • Restauration de berge par génie végétal : reconstitution d'une berge végétalisée en lieu et place de protections de berge inadaptées (remblais, déchets …).

 

  • Renaturation : reméandrage ou installation de petits aménagements piscicoles, en fonction de l'espace de liberté disponible (zones agricoles ou traversée de bourg).

 

 

 

 

Quelles actions ont été réalisées ?

 

Depuis 2001, des travaux sur les berges de l’Alagnon et de ses affluents permettent d’améliorer la qualité des eaux et des écosystèmes.

 

Actions réalisés ou en cours sur les berges, d’avril 2011 à décembre 2012 :

  • Restauration légère, revégétalisation et mise en défens sur plus de 6 km de berges du Lagnon à Albepierre-Bredons.
  • Restauration légère, revégétalisation et mise en défens sur plus de 4 km de berges de l’Allanche et du ruisseau de Cézerat à Allanche.
  • Restauration légère, revégétalisation, mise en défens et protection de berges sur plus de 3 km de berges de l’Arcueil à Lastic et Vieillespesse.

 

 

 

Lagnon avant et après travaux