Print Friendly
FavoriteLoading

Publié le 15 mars 2020


Dernière CLE sous le mandat de Mme Viguès pour le SAGE Alagnon

 

La Commission Locale de l’Eau du SAGE Alagnon s’est réunie le 10 mars 2020 à Massiac sous la Présidence de Madame Nicole VIGUES maire de la commune de Laveissière.

 

 

 

Cette dernière CLE, avant le renouvellement du collège des élus, a émis un avis sur le projet de SCoT Est-Cantal actuellement en phase de consultation porté par le SYTEC (Syndicat des Territoires de l’Est Cantal). Mme Agnès Tronche de la Fédération de Pêche du Cantal a également présenté les résultats de l’inventaire écrevisses réalisé par la Fédération en 2017 sous maîtrise d’ouvrage du SIGAL. 

 

 

 

La CLE a aussi été l’occasion de recevoir Mme Aurore BAISEZ de l’association LOGRAMI (Loire Grands Migrateurs) venue présenter l’état des populations de poissons grands migrateurs (migration eau douce – eau de mer). Sur l’Alagnon, deux espèces sont ciblées, l’Anguille Européenne et le Saumon Atlantique. En un siècle, 76% des zones de reproduction du Saumon sur le bassin de la Loire ont été perdues du fait de l’aménagement d’ouvrages en travers des cours d’eau (barrages). L’Axe Allier-Alagnon accueille 82% des saumons du bassin de la Loire.. Mme BAISEZ précise notamment que « Grâce au radiopistage on sait que 25% des poissons ne franchissent pas Chambezon, plaçant cet ouvrage dans les 3 ouvrages les moins franchissables du bassin de l’Allier. Les géniteurs se replient sur le béal de Lempdes-sur-Allagnon faute de mieux mais le taux de survie et croissance sur ce bief est très mauvais. »

 

 

 

Les smolts et les anguilles en dévalaison rencontrent les turbines des ouvrages hydroélectriques…1 turbine c’est 20% de mortalité des saumons et 71% de mortalité pour l’anguille. Le problème devient dramatique avec l’impact cumulé des ouvrages :  au bout de 10 turbines classiques non équipées, le taux de survie tend vers 20 individus sur 1 000 présents au départ et cela sans prendre en compte les autres causes de mortalité (prédation, pollutions, sécheresse, captures…) !!!

 

 

 

Mme Vigues s’exprime ainsi « Nous devons nous mobiliser rapidement pour résoudre les problèmes de continuité et ainsi préserver les grands migrateurs de l’extinction. Notre objectif doit être de permettre une recolonisation de l’Alagnon qui est l’habitat naturel du Saumon et qui présente un fort potentiel de reproduction et croissance. »

 

 

 

Pour plus d'informations, n'hésitez pas à contacter Véronique Mérand, animatrice du SAGE Alagnon, au numéro du SIGAL