Print Friendly
FavoriteLoading

Publié le 23 mai 2017


Chambres d’agriculture et SIGAL, une ambition commune : préserver le dynamisme de l’agriculture et la qualité de l’eau de l’Alagnon

 

Le Syndicat Interdépartemental de Gestion de l’Alagnon (SIGAL) porte depuis près de vingt ans des programmes de gestion des milieux aquatiques. Il développe à ce titre des liens privilégiés avec les exploitants agricoles qui gèrent plus de la moitié du territoire de l’Alagnon et constituent des usagers majeurs de l’eau.

 

 

 

Si les premières actions du SIGAL ont concerné l’entretien des berges et l’aménagement de points d’abreuvement pour le bétail, le syndicat développe depuis deux ans une politique spécifique permettant d’apporter des aides techniques et financières pour le maintien ou l’amélioration des pratiques agricoles.

 

 

 

 

 

Représentant les intérêts agricoles auprès des Pouvoirs Publics et des collectivités locales, les Chambres d'Agriculture interviennent dans toutes les grandes décisions qui orientent la vie du département. Avec leurs services, elles sont des instances de réflexion et de propositions sur les orientations et les priorités de l'agriculture et de l'économie. Elles s’appuient par ailleurs sur des équipes de techniciens et d'ingénieurs spécialistes dans différents domaines (agronomie, économie, …).

 

 

 

Les représentants des trois chambres d’agriculture du bassin de l’Alagnon (Cantal, Haute-Loire, Puy-de-Dôme) ont souhaité rencontrer Michel Destannes, Président du SIGAL, et l’Agence de l’Eau Loire Bretagne, Etablissement Public de l’Etat principal partenaire technico-financier des outils du SIGAL. Cette réunion très constructive a permis de réaffirmer les liens entre les structures et politiques développées et d'en préciser l’articulation opérationnelle.

 

 

 

Pour M.Destannes, Président du SIGAL : « A l’échelle du territoire, nous croyons à une approche intégrée valorisant à la fois le développement économique de l’agriculture et la qualité des milieux aquatiques. La difficulté réside dans l’organisation d’acteurs aux compétences variées ». Des mesures agroenvironnementales sont en cours de contractualisation pour près d'une centaine d’agriculteurs. Mais le prochain Contrat Territorial Alagnon prévoit aussi la réalisation d’aménagements agropastoraux en zones humides (abreuvement, franchissement, …), de l’appui aux conversions en Agriculture Biologique, des formations et démonstrations thématiques (fertilisation, effluents, pâturage, bois bocager pour production de litière, …), de l’accompagnement individualisé des exploitations, de l’aide à l’investissement (baisse consommation d’eau, systèmes de prétraitement des effluents,…), …

 

 

 

Patrick Escure, Président de la chambre d’agriculture du Cantal, de conclure : « De plus en plus de politiques territoriales émergent. Nous devons bien évidemment veiller à une clarté dans l’organisation afin de garantir la bonne utilisation de l’argent public. Les moyens financiers seront efficaces s’ils sont mobilisés dans un cadre concerté avec la profession agricole. L’implication des collectivités peut être alors une chance pour l’agriculture. Sources d’innovation, de visibilité et de financements, ces politiques doivent créer des synergies autour de l’activité structurante des territoires ruraux ».