Print Friendly
FavoriteLoading

Publié le 13 août 2013


Assainissement Non Collectif : réunion publique à Saint-Bonnet de Condat

 

 

 

Le jeudi 8 août à Saint-Bonnet de Condat s’est tenue une réunion publique d’information et d’échanges sur la mise en place des diagnostics des installations d’assainissement autonome sur les communes de Lugarde, Marcenat et Saint-Bonnet de Condat.

 

A la différence de l’assainissement collectif ou la collecte et le traitement des eaux usées sont gérés par la commune qui perçoit pour cela une taxe sur la facture d’eau, l’assainissement autonome (ou non collectif) est pris en charge directement par l’usager qui installe et entretient ses systèmes (fosse, bac à graisses, ventilations, champ d’épandage, …).

 

 

Depuis 1992, les communes ont obligation de procéder au contrôle des installations autonomes. Tous les diagnostics devaient être faits avant fin 2012… Soixante et une communes des cantons de Murat, Allanche, Condat, Ardes-sur-Couze et Massiac ont choisi de se regrouper via le Syndicat Interdépartemental de Gestion de l’Alagnon (SIGAL) pour mettre en place un service en régie qui permette de répondre à ces obligations tout en apportant de réels conseils aux usagers et en maitrisant les coûts. Le SIGAL a ainsi recruté deux techniciens qualifiés pour réaliser ces contrôles.

 

 

 

Après Dienne, Lavigerie, Albepierre-Bredons, Laveissière et Murat (Communauté de Communes de Murat), les prochains se dérouleront sur les communes de Lugarde, Marcenat et St Bonnet de Condat.

 Le SIGAL a donc organisé une réunion d’information à laquelle environ 260 foyers étaient invités. Environ 90 personnes, dont les trois maires, étaient présentes.

 

 

Après l’envoi d’un avis de passage, un technicien rencontre l’usager pour une visite permettant de dresser l’état des lieux des installations et des éventuels dysfonctionnements. Des conseils sont prodigués sur l’entretien ou les améliorations possibles (odeurs, nuisances, …).

 

 

 

Un rapport est ensuite remis à l’usager et à la commune. Seules les installations présentant des risques environnementaux ou de salubrité publique se voient imposer la mise en œuvre de travaux sous quatre ans. Ce service, imposé par la loi, doit s’équilibrer budgétairement. Aussi une redevance de cent euros par contrôle est instaurée.

 

 

 

En fin de réunion puis autour d’un verre, de nombreuses questions ont été abordées auxquelles les techniciens présents ont pu répondre.

Contact : service SPANC du SIGAL 04.71.23.19.84 – alagnon.spanc@orange.fr